Risques psychosociaux liés au télétravail: Sortez les chéquiers !

La situation sanitaire actuelle, liée au COVID demande une vigilance accrue pour les entreprises et leurs DRH afin de prévenir les risques psychosociaux. Toutes les entreprises sont concernées peu importe leur taille ou leur domaine d’activité, le télétravail imposé depuis mars 2019 à encore complexifié le tableau rendant les échanges entre salaries, mais aussi entres managers et collaborateurs, moins fluides et moins efficaces.

Les risques psychosociaux

Risques psychosociaux liés au télétravail
Risques pour la santé physique et mentale des salariés

Selon le Ministère du travail, de l’Emploi et de l’Insertion, les risques psychosociaux sont définis comme des risques pour la santé physique et mentale des salariés. Ils peuvent être classé en quatre catégories : les violences externes (insultes, incivilité, menaces…), les violences internes (harcèlements morales et/ou sexuels, conflits exacerbés), le stress lié au déséquilibre entre les ressources et les contraintes ainsi que la crainte de perdre son emploi. Ces dernières catégories sont celle qui peuvent être les plus complexes à prévenir pour une entreprise. Selon une étude coordonnée par la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) publié en novembre 2016, 45% des actifs interrogés déclarent devoir (toujours, souvent) se dépêcher et 25% de ces mêmes actifs craignent la perte de leur emploi.

En ces temps troublés, les facteurs de risques sont multiples et exacerbés par les contraintes sanitaires : intensification et complexification des conditions de travail, faible autonomie ou au contraire sentiment d’abandon, insécurité de la situation professionnelle, rapports sociaux dégradés, conflits de valeurs, flottement des limites entre vie professionnelle et vie personnelle. Le télétravail qui est actuellement présenté comme le meilleur outil pour préserver la santé de ses collaborateurs, peut devenir très rapidement un catalyseur de ces risques.

Comme l’impose le code du travail (article L4121-1 à 5) et avec un coût sociale estimé entre 1,9 et 3 milliards d’euros par an, selon une étude de l’INRS publié en 2010 à partir des chiffres de la sécurité sociale de 2007, les risques psychosociaux sont devenus la priorité pour les employeurs.

Les conséquences à court et moyen termes pour l’entreprise sont multiples : augmentation des arrêts maladie, burn out, désinvestissement progressif, perte de productivité, turn over rapide des collaborateurs avec une perte des talents et une diminution significative des performances. Ces effets ont des impacts importants sur la qualité de vie au travail et ont un coût financier important

Et le télétravail dans tout ça ?

Télétravail et risques psychosociaux
Peut être source de risque et délétère pour la santé et la sécurité des salariés.

Présenté comme LA solution au problème sanitaire actuel, il est très rapidement devenu source de risque et délétère pour la santé et la sécurité des salariés.

Le télétravail qui a été mis en œuvre actuellement est bien différent de celui qui était proposé auparavant au sein des entreprises. Il n’a été ni choisi ni négocié. Déployé en urgence, il s’est heurté à des contraintes matérielles et humaines. Il a complexifié les relations professionnelles en rendant les échanges lourds et fastidieux. Il a distendu les liens entre les collaborateurs et a instauré une forme de défiance entre les membres d’une même équipe.  Les individus se sont retrouvés isolé professionnellement sans accès aux espaces de coworking habituels, ils ont parfois eu le sentiment d’être abandonnés, livrés à eux même. Ce sentiment entaille profondément la sécurité psychique des personnes, les rendant par la même bien plus sensible au stress et au burn out. Actuellement et ce malgré l’assouplissement des mesures sanitaires, il est bien difficile pour les entreprises de recréer des liens professionnels satisfaisants. La distanciation sociale, les mesures d’hygiènes drastiques imposées et l’augmentation des mesures en faveur du télétravail sont autant de freins à la normalisation des conditions de travail et des échanges entre collaborateurs.

Quelles solutions ?

bonheur au travail
Bonheur au travail

Sans solution, pas de problème dit l’adage.

Des mesures simples peuvent être prise afin d’améliorer la qualité de vie au travail et ainsi faire diminuer ce sentiment de stress et d’isolement ressenti par vos collaborateurs. Cela passera par l’humanisation du travail, la restauration des relations de confiances et la bienveillance. Favoriser les échanges, recréer du lien et rompre l’éloignement vous permettront de restaurer l’esprit d’équipe ainsi que la confiance de vos collaborateurs vis-à-vis de l’entreprise et d’eux-mêmes.

Une startup innovante propose aujourd’hui aux entreprises une nouvelle approche à la fois très simple et rapide à mettre en place, mais aussi très efficace. Devant l’urgence de la situation et pour permettre à toutes les entreprises qui souhaitent introduire du bonheur dans la vie de leur salariés, Wemiam offre son service de base GRATUITEMENT et sans limite de temps ! Avec l’aide de l’application mobile WeMiam vos salariés peuvent organiser facilement par eux même des temps d’échange et de partage autour d’un repas ou d’un café avec leurs collègues. Mais WeMiam permet aussi au management d’organiser des temps d’échanges conviviaux et bienveillants entre salariés, et entre responsables et subordonnés. Les outils que WeMiam met à disposition des entreprises permettent d’organiser intelligemment ces temps d’échanges pour maximiser leur efficacité et ne laisser ainsi aucun angle mort dans la vision 360 de la direction.

Risques psychosociaux liés au télétravail: Sortez les chéquiers ! 1

Bienveillance, convivialité et confiance sont des valeurs fortes pour WeMiam et nous en faisons notre priorité au quotidien.

Partagez:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Lola Martino

Lola Martino

Articles connexes

Vous voulez en savoir plus ?

prenez rendez-vous et nous vous rappelons